Les meilleures solutions de Gestion des risques environnementaux

La gestion des risques environnementaux a pour objectif de déterminer et analyser les risques environnementaux dans le but de les maitriser. Comme finalité, elle préconise la mise en place de mesures qui visent la prévention ou la réparation des dommages infligés à l’environnement. En Europe, la législation qui encadre la responsabilité environnementale fut adoptée en 2010. Assez récente donc, cette législation est un cadre à l’échelle de l’UE dont les directives s’adressent plus particulièrement aux entreprises et organisations diverses, les principales responsables de pollution dans le monde.

Qu’il s’agisse de pollutions accidentelles ou intentionnelles, les entreprises ont l’obligation de maitriser les impacts environnementaux de leurs activités. Et si le mal est déjà fait, par ce que l’on appelle responsabilité Civile des atteintes à l’Environnement, elles sont contraintes de réparer les dégâts qu’elles et leurs activités ont engendrés. Cela comprend la dépollution ou la restauration de l’environnement, le paiement d’amendes et pour finir le dédommagement des victimes. Dans cet article, nous allons voir les différentes solutions et mesures à mettre en place pour maitriser les risques environnementaux. À la fin, nous parlerons aussi de MEMOGuard, une solution logicielle de Gestion des risques environnementaux. En supervisant l’ensemble de vos applications de management opérationnel, ce logiciel facilite le travail des gestionnaires et responsables des risques dans l’analyse de données et la prise des décisions.

Gestion des risques environnementaux – C’est quoi exactement ?

Par définition, la Gestion des risques environnementaux est un processus ou un ensemble d’activités visant à identifier, analyser, superviser et contrôler les risques environnementaux d’une organisation donnée. Composée de plusieurs étapes, elle aide à garantir que les menaces et risques environnementaux sont contenus à des niveaux acceptables. Quand c’est le cas, le ou les risques seront supportés permettant aux organisations de continuer leurs activités. L’autre but de la gestion des risques est aussi d’augmenter la capacité des organisations à atteindre leurs objectifs et à gérer les menaces et les situations défavorables.

En tout, le processus de gestion des risques environnementaux se divise en 5 grandes étapes :

  1. L’étage de l’identification des risques (évènement/causes/conséquences, type de risque, type de conséquences).
  2. L’étape de l’évaluation des risques ou cartographie des risques).
  3. L’étape de la mise en place des actions conçues afin de maîtriser les risques (action de prévention et protection).
  4. L’étape du contrôle des actions mises en place pour maitriser les risques (suivi des mesures).
  5. L’étape de la capitalisation du savoir sur les risques.

Cette cinquième et dernière étape est surtout essentielle dans le cadre de réalisation de projets. Après chaque processus de gestion d’un nouveau projet donné, il convient en effet de capitaliser le savoir-faire et l’expérience acquis. Ces connaissances capitalisées serviront ensuite pour la gestion des risques de projets similaires. Sans cela, vous serez tout le temps obligé de refaire depuis le début tout le processus de gestion même pour des risques que vous avez déjà vus par le passé.

Les normes qui encadrent la gestion des risques environnementaux

La norme iso14001 est la norme internationale qui encadre les différents systèmes de management environnemental. Rédigée par l’Organisation Internationale de Normalisation, elle suggère un nombre important d’exigences que doit satisfaire le système de management environnemental d’une organisation pour que celle-ci puisse être certifiée. À titre d’information, il est avantageux pour une entreprise d’être certifiée iso14001 afin de jouir d’une certaine reconnaissance sur les marchés. Notez tout de même que l’intégrer à d’autres normes de systèmes de gestion est autorisé et peut aider davantage à atteindre les objectifs organisationnels, du moment bien sûr que ses exigences ne soient pas enfreintes.

À travers 6 chapitres, l’iso14001 dresse 18 exigences qu’il faudra respecter à lettre pour l’obtention de certification. Heureusement, ces 6 longues et très détaillées chapitres expliquent aussi comment procéder. Donc pour savoir en détail comment fonctionne la Gestion des risques environnementaux, et quelles sont les mesures et les plans d’action réguliers pour traiter les risques, il suffit d’étudier ces chapitres qui sont disponibles gratuitement à toute personne qui veut les consulter.

Les différents types de risques environnementaux

Les risques environnementaux sont par définition les menaces réelles ou potentielles de conséquences négatives sur les êtres vivants (l’homme, les plantes et les animaux) et l’environnement causés par les déchets, les émissions, les rejets et l’épuisement des ressources résultant des activités d’une organisation. Pratiquement toutes les activités, qu’elles soient physiques, chimiques, biologiques, électroniques, mécaniques ou autres, exposent l’environnement à des risques. C’est la raison pour laquelle toutes les organisations doivent disposer d’un système de gestion des risques.

De par cette définition, on peut recenser d’innombrables risques liés à l’environnement. Heureusement, ils peuvent être regroupés en 2 catégories qui sont les risques internes, les risques externes. On parle de risques internes quand les activités de l’entreprise et ses technologies font des dégâts à l’environnement. À l’inverse, les risques externes sont les dégâts ou des difficultés que l’environnement (ex : eau, aire, nuisance sonore…) peut causer à l’entreprise ou l’organisation.

Voici également une petite liste des risques environnementaux les plus courants : la pollution de l’air, manque d’eau et assainissement inadéquat, vecteurs de maladie, dangers chimiques, déchets électroniques, blessures, changement environnemental mondial, radiation, produits chimiques perturbateurs endocriniens…

La Responsabilité civile des atteintes à l’environnement

La Responsabilité civile des atteintes à l’environnement est ce qui engage une personne morale ou physique lorsqu’elle ou son activité a causé des dégâts sur l’environnement. Elle concerne les entreprises, les collectivités locales, les activités professionnelles, les commerciales, les industrielles et même les artisanales. Si le responsable ne s’acquitte pas de ses obligations, qui sont essentiellement le paiement d’indemnisation, alors la ou les victimes peuvent faire des réclamations pour l’obliger à le faire.

Maitrise et de gestion des risques environnementaux

Il n’y a pas de méthode ou de stratégie toute faite pour maitriser les risques environnementaux, car les risques eux même varient d’une organisation à une autre, même si elles sont dans le même secteur et faisant les mêmes activités. Pour cette raison et pour ne pas se tromper dans sa méthode, il incombe aux gestionnaires d’agir en se référant à la cartographie des risques environnementaux qu’ils ont eux-mêmes établie. D’autre part, il serait tout simplement impossible de donner dans cet article une solution complète à tous les risques environnementaux tellement la liste est longue.

Agir en se référant à la cartographie des risques environnementaux

À titre d’information, la cartographie des risques est un outil de gestion très populaire en entreprise. Elle permet d’identifier, analyser et classifier les risques suivant leur niveau et source. Sous forme d’un document très simple à lire, elle donne aux gestionnaires une visibilité sur les risques à traiter en priorité et ceux qui peuvent être supportés. Pour une organisation donnée, la stratégie de maitrise des risques doit uniquement se baser sur ce document.

D’autres actions que vous pouvez et devez faire  

Quelles que soient vos activités, ainsi que votre secteur, vous pouvez certainement mettre en place les actions suivantes dans votre organisation : surveiller sa consommation d’énergie, réduire son empreinte carbone, limiter les déchets au quotidien, favoriser les énergies écologiques et renouvelables, favoriser les moyens de transport écologiques, utiliser des matières recyclées…

Assurance risques environnementaux – solution pour partager les risques environnementaux

Outre les risques environnementaux en eux-mêmes, l’évolution des réglementations en matière de protection de l’environnement contribue aussi à alourdir les coûts de ces risques pour les entreprises. La souscription à une Assurance risques environnementaux est un excellent moyen pour de partager ces risques.

En théorie, ce type d’assurance protège les entreprises de tous les risques possibles, à savoir les risques internes et les risques externes. Si par exemple, une sécheresse a frappé votre région et que celle-ci a eu des répercussions négatives sur vos activités, normalement vous serez dédommagé. Un autre exemple, si après étude, vos activités polluaient en fin de compte les sols environnants, l’assurance devra aussi s’occuper de réparer les dégâts (dépollution, nettoyage…), prendre les frais à sa charge et dédommager les victimes (ceux qui ont subi la pollution).

Dans la pratique en revanche, tout dépend de la nature et des clauses du contrat. Veuillez donc à bien vérifier si le police ou produit d’assurance auquel vous avez souscrit vous protège réellement. Et tout n’est pas si simple aussi, car les compagnies d’assurance chercheront toujours à se protéger des excès et des actes irresponsables de leurs clients.

MEMOGuard et Gestion des risques environnementaux

MEMOGuard peut faire beaucoup de choses en termes de protocoles. Ses fonctionnalités s’exploitent de plusieurs façons et aident les entreprises dans plusieurs domaines dont la supervision informatique. En gestion des risques environnementaux, on classe ce logiciel dans la catégorie des outils d’aide à la décision.  

MEMOGuard – pour hyperviser ses outils de management opérationnels

Les outils de management opérationnels regroupent des outils/systèmes comme les logiciels et les applications que vous utilisez en entreprise pour gérer, mesurer, encadrer et piloter vos activités. En général, une entreprise utilise au quotidien une multitude d’outils/systèmes de management opérationnel : un système/logiciel pour mesurer la consommation en eau, un autre pour les dépenses d’énergie, un autre pour les nuisances sonores… Tous ces outils fournissent séparément des quantités importantes d’informations dont rien que la simple lecture donne des difficultés aux gestionnaires. En tant que logiciel d’hypervision, MEMOGuard intervient pour solutionner le traitement et l’affichage de ces immenses quantités d’informations et données. Ses principales fonctionnalités sont : l’obtention de statistiques et l’exécution de calculs complexes ; une vision synthétique en temps réel de vos opérations ; la lecture d’évènements ; faire corrélation entre les évènements.

MEMOGuard – l’automatisation des tâches au service de la préservation de l’environnement

La lecture d’évènement est certainement la plus importante des fonctionnalités de MEMOGuard. Cette fonctionnalité offre au logiciel la possibilité de lire ou détecter l’apparition d’un, de deux ou de plusieurs évènements sur le système, puis d’exécuter une ou plusieurs tâches en réponse à l’apparition de ces évènements. Ses applications sont nombreuses. Un exemple : quand MEMOGuard constate que le niveau de consommation journalière d’eau dépasse le seuil recommandé, il peut par exemple arrêter la station de pompage d’eau, ou du moins alerter ou suggérer par message d’alerte aux techniciens de l’arrêter ou de diminuer le débit.