HAZOP, analyse des risques industriels et de sécurité de fonctionnement

En entreprise, la gestion des risques est importante pour deux principales raisons : d’abord pour l’obtention de certification (ex : certification ISO, certification HAZOP…) et surtout pour ne pas à subir des pertes (matérielles, financières, humaines, environnementales…) qui sont les conséquences des risques. Les entreprises qui n’ont pas de certification sont désavantagées par rapport aux autres, car elles sont en général très peu productives et n’ont aucune chance d’obtenir de gros contrats qui exigent le respect de certaines normes comme les contrats gouvernementaux par exemple. Une question de se pose alors : comment faire pour bien gérer les risques ? Et quelle méthode est la plus adaptée ?

Le moyen le mieux adapté pour maîtriser les risques et les accidents est l’application de la méthodologie HAZOP (HAZard and OPerability analysis) ou encore « analyse de risques et de sécurité de fonctionnement ». Réputée pour être un excellent outil d’identification de dysfonctionnements de nature technique et opératoire, nous allons voir dans cet article le réel fonctionnement de la méthodologie HAZOP et comment elle peut vous aider dans la gestion des risques. À la fin, nous proposerons également une solution logicielle pour vous permettre de gérer efficacement vos risques industriels et de sécurité de fonctionnement.

Qu’est-ce que l’HAZOP ou HAZard and OPerability analysis ?

Créée et développée au sein de la société britannique Imperial Chemical Industries dans les années 60, la méthode HAZOP est un processus détaillé d’identification des dangers et des problèmes d’exploitation. HAZOP est souvent décrit comme :

  • Une technique de brainstorming
  • Un outil d’évaluation qualitative des risques
  • Un outil inductif d’évaluation des risques

Il est basé sur une théorie selon laquelle les événements à risque sont causés par des déviations ou des écarts par rapport à la conception ou aux intentions d’exploitation. C’est à l’identification de ces écarts ou déviations par rapport aux résultats attendus que l’HAZOP bute via une approche structurée qui utilise des ensembles de « mots clés » afin de dresser une liste des déviations potentielles qui concernent le système, l’installation ou le processus étudié.

À l’origine, la méthode HAZOP était principalement employée dans industrie des procédés chimiques et pétroliers. Toutefois, avec le temps, elle a mutée et a vu ses domaines d’application s’élargir considérablement. Aujourd’hui, on peut également l’appliquer pour gérer les risques logiciels et électroniques, les risques de fabrication et d’exploitation, les risques administratifs et bien d’autres encore.

Quand utiliser l’HAZOP (ou analyse de risques et de sécurité de fonctionnement) ?

Nous venons d’énoncer quelques domaines d’application de la méthode HAZOP. Maintenant, nous allons voir quand exactement l’employer. Sachez qu’HAZOP est le mieux adapté pour évaluer les dangers dans les installations, les équipements et les processus. Et il est capable d’évaluer les systèmes sous plusieurs angles :

  • Conception : Évaluer la capacité de conception des systèmes pour répondre aux spécifications des utilisateurs et aux normes de sécurité afin d’identifier les faiblesses des systèmes
  • Environnement physique et opérationnel : Évaluation de l’environnement pour s’assurer que le système est correctement situé, pris en charge, entretenu…
  • Contrôle opérationnel et procédural : Évaluation des contrôles techniques (ex: automatisation), des séquences d’opérations, des contrôles de procédure (ex: interactions humaines)… Évaluation des différents modes de fonctionnement – démarrage, veille, fonctionnement normal, états stable et instable, arrêt normal, arrêt d’urgence…

Comment fonctionne la Méthode HAZOP ?

Pour mettre en évidence les déviations au niveau des installations, des équipements ou des processus, la méthode HAZOP suggère le suivi d’un processus à plusieurs étapes.

Étape préparatoire :

Lors de cette étape, l’entreprise doit d’abord déterminer si l’application d’une étude HAZOP est réellement nécessaire. Est-ce réellement la méthode la plus pertinente pour la situation et les objectifs recherchés ? Cette étape s’effectue en passant en revue toutes les informations disponibles liées aux risques telles que les manuels opératoires et procédures, les notes de calcul d’organes de sécurité, les schémas d’implantation, procédé, PID…

Étape de définition :

La phase de définition commence par l’identification préliminaire des membres de l’équipe d’évaluation des risques. L’équipe choisie doit être interfonctionnelle, multidisciplinaire et doit faire preuve d’intuition et de bon jugement. Lors de cette étape, sa mission consiste à identifier soigneusement la portée de l’évaluation afin de concentrer les efforts.

Générer les dérives potentielles :

Pour générer les dérives potentielles, la méthode HAZOP suggère l’exploitation d’un processus de questionnement utilisant ce que l’on appelle des « mots Clés » prédéterminés. Le rôle des mots clés est de stimuler la pensée imaginative, de concentrer l’étude et de susciter des idées et des discussions. Les équipes d’évaluation des risques sont chargées d’identifier les mots clés qui conviennent le mieux à la portée et à l’énoncé du problème pour leur analyse.

Déterminer les causes et conséquences des dérives :

Les « mots clés » ont permis de générer les différentes dérives potentielles. À présent, l’équipe de gestion des risques doivent les isoler une à une et déterminer leurs causes et conséquences. Les causes peuvent notamment être des pannes matérielles, des erreurs humaines, un état de processus imprévu (par exemple, changement de composition) ou des perturbations externes. Quant aux conséquences, ce sont les résultats des écarts s’ils se produisent (ex : contamination des employés, destruction des installations, explosion…).

Étape de la mise en place des mesures de prévention :

Une fois les causes et les conséquences des dérives connues, l’équipe de gestion émet des recommandations aux dirigeants sur l’outil et les mesures à mettre en place pour les traiter.

Notez que la recherche des dérives (et des nouvelles dérives) doit être faite en permanence jusqu’à épuisement des risques.

MEMOGuard – un outil complet d’analyse de risques et de sécurité de fonctionnement

Vous pouvez mener une étude HAZOP avec ou sans logiciel. Néanmoins, avec un logiciel, comme MEMOGuard, il est clair que les choses se feront plus facilement et les résultats biens meilleurs. Conçu par CLEVER Technologies, MEMOGuard est un logiciel de surveillance et de supervision informatique avec gestion d’alarmes et d’alertes. Dotée d’une interface web conviviale, c’est une solution en SaaS complète adaptée pour les études HAZOP et d’autres revues de sécurité similaires. Le logiciel intègre plusieurs fonctionnalités qui lui permettent d’assurer plusieurs rôles à la fois comme :

1- La collecte de données indispensables aux études HAZOP. MEMOGuard peut surveiller par le biais de script une page Web, un service, un process, un serveur de mail, la présence de certains équipements sur réseau, le résultat de la sauvegarde et bien d’autres encore. Une fois interfacé avec des logiciels comme Centreon, Schneider, Hp Openview PRTG, NETWORK NODE MANAGER, MEMOGuard peut également effectuer une surveillance complète avec partage et compilation de données et paramètres clés de vos systèmes, installations, équipements et processus industriels.

2 – Fournir un diagnostic complet de vos installations, équipements et processus industriels.

3 – Fournir un historique détaillé des déviations détectées au niveau de vos installations, équipements et processus industriels.

4 – Permettre le partage et l’échange de données entre les membres de l’équipe d’évaluation des risques.

5 – Servir de plateforme pour centraliser les données.  

6 – Traitement automatique de certains fichiers, dont les fichiers mails. MEMOGuard analysera en détail le contenu de vos fichiers textes reçus et vous fournit une interprétation claire, simple et rapide à lire. Le gain de temps sera considérable.

7 – Permettre le déclenchement d’une alarme à une heure/date prévue ou lors de l’atteinte d’un seuil donné.

MEMOGuard et détection/traitement des risques  

MEMOGuard est bien plus qu’un simple outil d’étude et d’analyse de risques. En permettant la mise en place de système d’alerte précoce avec gestion d’astreinte, son utilité va plus loin en permettant aux équipes d’astreinte la détection et le traitement rapide des risques ou déviations détectées. Grâce à divers protocoles, MEMOGuard est en mesure de détecter et diagnostiquer les problèmes potentiels sur n’importe quel système, installation, équipement et processus informatique ou industriel.

Comment cela fonctionne ? Lorsqu’un problème quelconque survient, il est aussitôt détecté par un outil de surveillance, de mesure ou de détection qui se presse de transformer cela en un signal que le logiciel MEMOGuard pourra récupérer. Celui-ci analyse le signal, le traite et réagit selon un paramétrage défini à l’avance : activation d’une alarme et la diffusion de l’alerte à des personnes également définies à l’avance. En entrée, le logiciel détecte les signaux depuis : un réseau informatique (via fichier txt, RS 232, TCP/IP, POP3…), un panneau manuel un téléphone, une centrale d’alarme, un contact sec ou encore une base de données (ODBC). Quant aux alertes MEMOGuard, elles peuvent être envoyées par SMS, par e-mail, Fax, radio 5 tons, téléphone mobile…