La meilleure solution logicielle de gestion des risques maritimes

La gestion des risques maritimes suit une méthodologie structurée et systématique dont la finalité est d’améliorer la sécurité maritime en utilisant l’analyse des risques et l’évaluation coûts-avantages. Cette sécurité maritime comprend la sécurité de la navigation, la protection de la vie et de la santé de l’équipage, la sécurité des produits et marchandises, mais aussi celle du milieu marin et des biens. L’industrie maritime est vitale pour la société. Pour preuve, le transport maritime à lui seul transporte 90% des marchandises transportées dans le monde. D’autre part, dans l’industrie de la pêche, 90% des prises capturées à l’état sauvage dans le monde viendraient des océans et des mers.

L’industrie maritime garantit notre survie. Cependant, elle possède un défaut majeur qui donne des difficultés aux gestionnaires : elle figure parmi les industries parmi les dangereuses. C’est pour cette raison que la gestion des risques maritimes est si importante et qu’elle doit être adoptée par toutes sociétés qui entreprennent des activités sur les mers et les océans. Dans cet article, nous présenterons différentes solutions pour une bonne gestion des risques maritimes. Nous parlerons aussi de MEMOGuard, une solution logicielle très pratique pour bien gérer les risques maritimes.

Grand principe de la gestion des risques maritimes

Les principes directeurs du management des risques sont fournis par l’ISO 31000. C’est un ensemble de normes de portée internationale qui s’appliquent à tous les risques, y compris les risques maritimes. Dans les grandes lignes, leur objectif vise à mettre en place de barrières de protection contre tous les risques identifiés. Toutefois, il est important de savoir qu’il n’existe pas de mesures spéciales ou de théorie qui soient réellement propre à la gestion des risques maritimes. C’est pourquoi, il appartient à l’entreprise elle-même de choisir les méthodes appropriées. Toutefois, les méthodes de gestion des risques qu’elle a choisies doivent prendre en compte sa structure organisationnelle, ses activités, les caractéristiques de ses navires, ses métiers…

Processus de Gestion des risques maritimes

Conformément aux différentes mesures établies par l’ISO 31000, le processus de gestion des risques maritimes doit respecter les quelques étapes suivantes :

  • Première étape : Identifier les risques impliqués. Après être identifiés, les risques impliqués doivent ensuite être regroupés sous des rubriques selon des critères établis à l’avance.
  • Deuxième étape : Évaluation des risques. L’étape suivante consiste à déterminer les conséquences et la probabilité de chaque risque en utilisant une échelle prédéterminée. Il faut également considérer les conséquences pour évaluer le niveau de risque.
  • Troisième étape : Mise en place des mesures de traitement des risques. À présent, des mesures de traitement des risques devraient être envisagées afin de ramener les risques à un niveau acceptable.

NB : La communication, la consultation, le suivi et l’examen devraient être intégrés tout au long du processus, de la première étape jusqu’à la dernière.

Les différents risques maritimes et leurs conséquences

Les risques maritimes sont trop nombreux pour être listés ici. C’est pourquoi, nous allons essentiellement parler des plus courants. Il convient de distinguer 4 grandes catégories de risques maritimes.

Première catégorie : les risques internes

Les risques internes au navire sont l’avarie, voie d’eau, perte de stabilité, incendie, explosion, problème avec la cargaison. Les risques internes mais liés à la navigation sont les collisions, échouement, conditions météo difficiles, prise de contrôle du navire par un tiers malveillant, piraterie, terrorisme, cyberattaque…). Les principales conséquences de ces risques sont la mise en danger de l’équipage, la pollution et le naufrage.

Deuxième catégorie : les risques causés par le navire aux autres navires et installations en mer

Cette deuxième catégorie de risques regroupe principalement les risques de collision et les obstacles à la navigation. Leurs principales conséquences sont l’incendie, l’explosion, la mise en danger de l’équipage, mise en danger des passagers, perte de cargaison, naufrage…  

Troisième catégorie : les risques causés par le navire aux installations dans un port

Cette troisième catégorie de risques regroupe les risques de collision, de contact avec une installation fixe, incendie/explosion, actes malveillants (terrorisme, cyberattaque)… Leurs principales conséquences sont la mise en danger de l’équipage, mise en danger des opérateurs portuaires, paralysie partielle ou totale du port, risque pour les industries portuaires (effet domino)…

Quatrième catégorie : les risques causés par le navire sur le littoral

Les principaux risques de cette dernière catégorie sont l’échouement, la pollution, les actes malveillants (terrorisme), l’incendie et l’explosion. Quant aux conséquences, on peut compter la mise en danger de la population, mise en danger des intervenants, atteinte à l’environnement, impact sur les activités économiques, impact sur l’image du territoire, érosion du littoral…

Mesures à mettre en place pour la prévention des risques maritimes

Très efficaces, les mesures suivantes peuvent être appliquées à la fois pour traiter et prévenir les risques maritimes. Par ailleurs, vous pouvez également les incorporer à votre propre plan d’action de prévention et de traitement des risques.

1- Amélioration de la sécurité à bord :

  • Déclaration des accidents. La déclaration d’accidents à bord permet l’identification de tout ce qui peut nuire à la sécurité de l’équipage, du bateau et de la cargaison.
  • Ordre et propreté à bord et hygiène individuelle pour éviter les maladies
  • Bien encadrer l’utilisation des produits dangereux
  • Installation d’outil de prévention et de maitrise d’incendies d’explosions, d’avarie, de voie d’eau…
  • Mise en place de mesures de prévention des accidents.
  • Pose de signes, symboles et informations de sécurité comme mise en garde contre les dangers.
  • S’équiper d’armes pour se défendre en cas d’attaque de pirates.

2- Établissement d’une liste de contrôle des erreurs courantes

Les personnes qui occupent une poste cruciale doit disposer de ce que l’on appelle une liste de contrôle des erreurs courantes. Pour une poste donnée, cette liste présenterait les choses à faire et ne pas faire pour éviter un accident ou un quelconque dysfonctionnement qui impacterait négativement sur le bon fonctionnement du navire. Cette méthode est particulièrement efficace pour réduire l’erreur humaine.

3- Mise en place de plans de mesure d’urgence en mer, à terre et en zone portuaire

Le risque zéro n’existe pas. Même si vous pensez avoir tout fait selon les règles, des imprévus peuvent surgir à tout moment pour faire basculer la situation. C’est pourquoi, vous devez toujours disposer de plans de mesure d’urgence pour parer à toutes les situations (naufrage, attaque de pirate, incendie, explosion, attaque informatique, perte de carburant, perte de cargaison, pollution…)

Assurance des risques maritimes

L’assurance maritime est un type d’assurance qui couvre les pertes de cargaison, les dommages causés aux navires, aux cargos et aux terminaux. Elle prend aussi en charge les pertes liées au transport de marchandises et les dégâts environnementaux causés par les navires. Pour les compagnies maritimes, l’assurance constitue une solution intéressante pour transférer les risques. Pour le moment, aucune loi n’oblige les compagnies maritimes à acheter un contrat d’assurance. En revanche, c’est vivement recommandé. Les autorités s’assurent ainsi que les compagnies maritimes disposent de l’argent nécessaire pour répondre à leurs obligations surtout en cas de dommages infligés à l’environnement.

Les assurances maritimes les plus achetées sont l’assurance sur cargaison et risque de transport, l’assurance corps de navire, l’assurance de responsabilité en matière maritime, l’assurance des objets d’art et des espèces, l’assurance risques exceptionnels, l’assurance relative aux avaries communes. Encore très peu de compagnies d’assurance proposent une police qui assurerait la prise en charge dans le cas où les activités d’un navire ou d’un bâtiment portuaire endommageraient l’environnement.

MEMOGuard et Gestion des risques maritimes

Conçu par CLEVER Technologies, MEMOGuard est une solution SaaS de supervision informatique et de gestion des astreintes avec supervision des Alertes & Alarmes. Dans un navire qui prend le large ou un bâtiment en mer, il est utile pour détecter très l’avance les différents risques, menaces et dangers et informer à temps le personnel d’urgence, d’astreinte ou tout simplement l’équipage de la situation.

MEMOGuard – l’analyse de données au service de la sécurité

Pour gérer efficacement les risques, la première chose à faire est de s’équiper d’un outil d’analyse qui pourrait transformer les données numériques en informations lisibles et interprétables. Votre outil d’analyse devrait pouvoir collecter sur différents supports, machines, terminaux et systèmes des données cruciales telles que la distance parcourue, l’heure, fuel disponible, ce qui reste comme provision, le cap, la température dans le bateau, données météorologiques… L’outil en question analysera ensuite ces données et signalera le personnel d’astreinte si quelque chose ne fonctionne pas comme elle devra l’être. C’est le cas par exemple s’il détecte une fuite d’huile hydraulique dans la salle des machines ou que le stock de nourriture risque de ne pas suffire pour le reste du voyage au rythme où elle est consommée. Pouvant s’interfacer sur n’importe quel système de surveillance et installation technique, le logiciel MEMOGuard est taillé pour cette mission.

Pour utiliser MEMOGuard, vous devez commencer par installer différents capteurs et outils de mesure un peu partout dans votre navire. Ces équipements se chargeront de la collecte de données. Le rôle précis de MEMOGuard consiste à superviser le bon fonctionnement de ces systèmes de surveillance, mais aussi d’analyser et centraliser les données qu’ils ont recueillies.

MEMOGuard – mise en place d’un système d’alerte précoce multidangers (incendies, explosion, avarie, voie d’eau …)

Si un des systèmes de surveillance installés (un des détecteurs de fumée par exemple) détecte un problème ou un dysfonctionnement dans le navire, MEMOGuard agit comme un avertisseur autonome en alertant automatiquement l’équipage s’il anticipe un danger réel. Les canaux de diffusion proposés par le logiciel sont le SMS, Mail, fax, panneaux lumineux, radio 5 tons, appel téléphonique, appel vidéo…

Part ailleurs, on peut aussi programmer MEMOGuard pour que l’alerte soit diffusé uniquement à un nombre restreint de personnes, le personnel d’astreinte ou le personnel naviguant par exemple. Une diffusion plus ciblée permet en effet d’éviter la panique générale dans le navire.

MEMOGuard – pour gérer les menaces de cyberattaques dans le maritime

La menace de cyberattaques est en croissance dans le maritime. Il n’y a pas que les ports internationaux qui sont pris pour cibles, de plus en plus de navires et d’infrastructures maritimes (hydroliennes, plateformes pétroliers, laboratoires en mer…) font régulièrement l’objet de cyberattaques. Étant un logiciel de supervision informatique et réseau, MEMOGuard a la capacité de protéger les systèmes informatiques et détecter à temps les intrusions. Dans les grandes lignes, sur un système informatique et réseau, sa mission consiste à contrôler des systèmes de sécurité eux-mêmes ; identifier les évènements inhabituels ; contrôler des paramètres environnementaux. Il dispose aussi d’une fonctionnalité d’avertissement précoce intégré au réseau pour permettre au personnel d’astreinte de détecter tôt les intrusions.