Solution et procédure de gestion des risques fleuves

La gestion des risques fleuves (ou risques d’inondation ou de crues liés aux fleuves) est très importante, car partout où il y a des fleuves, le risque d’inondation y est très élevé principalement à cause des crues. Les crues peuvent être très meurtrières et causer beaucoup de dégâts. Pour preuve, en 1927, le Mississippi est sorti de son lit, inonda 66 000 kilomètres carrés sur sept États des Etats-Unis et a fait officiellement 246 victimes. En France, aucune crue de cette ampleur n’a encore jamais été observée. Cela dit, la situation a quand même toujours été inquiétante dans certains départements comme le Gard, traversé par d’innombrables cours d’eau.

Un colloque organisé en 2011 en France par le WWF suggère que pour éviter les inondations, il faut donner de l’espace aux fleuves. Dans certaines régions du monde, à cause notamment de la croissance démographique très importante, les solutions de ce genre ne peuvent malheureusement plus être appliquées. Dans les zones inondables habitées et qui ne peuvent plus faire l’objet d’une délocalisation, l’application d’une stratégie de gestion des risques fleuves qui propose de solutions concrètes de traitement de l’aléa à la source et de suppression de vulnérabilité est nécessaire.  

Qu’est-ce que la gestion des risques fleuves ?

Dans les grandes lignes, la gestion des risques d’inondation ou de crues liés aux fleuves est une discipline qui vise à réduire l’impact négatif des crues sur la population, les infrastructures et l’environnement. Elle s’inscrit dans une logique de développement durable en réduisant les pertes économiques et sociales causées par les crues. Selon les experts, même si cela coûte beaucoup d’argent, l’exécution du processus de gestion des risques fleuves est justifiée, car « 1€ investi dans la prévention permet d’économiser 7€ dans la crise ». Ne pas à devoir gérer une crise d’inondation majeure est l’autre objectif de la gestion et de la prévention des risques.

Dans les détails, la gestion de risques fleuves peut se traduire par la connaissance plus poussée des zones inondables des territoires prioritaires, les diagnostics de vulnérabilité des bâtiments, des entreprises et des infrastructures, le partage de connaissance de la vulnérabilité globale des territoires, la mise en place d’urbanisation adaptée dans les zones inondables ou encore la mise en place de système de surveillance et de prévision de crues et d’inondation.

Typologies des inondations liées aux fleuves

Il existe en tout 6 types d’inondations, mais deux seulement sont liés directement aux fleuves, à savoir :

  • L’inondation de plaine : elle se produit quand le fleuve sort lentement de son lit mineur pour aller inonder la plaine qui peut être habitée. Ce type d’inondation est moins dévastateur, car la montée de l’eau est lente.
  • Inondation rapide ou crue torrentielle : elle se produit quand, pour des raisons météorologiques (pluies intenses) ou autres, il y a forte et rapide concentration d’eau dans le cours d’eau. Les crues engendrées sont violentes, dévastatrices et meurtrières.

Procédure de gestion des risques d’inondation liés aux fleuves

La procédure de gestion des risques appliquée varie d’un pays à un autre. Celle qui va être proposée dans cet article s’inspire beaucoup de la procédure déjà appliquée sur tout le territoire français depuis une bonne dizaine d’années. Pour gérer les risques fleuves, la première chose à faire est d’étudier les aléas et risques, les crues dans notre cas. 

  • Étude des aléas et risques :

Grâce à la technologie, les aléas naturels auparavant mystérieux peuvent désormais faire l’objet d’étude et d’observation scientifiques. En ce qui concerne les crues, leur compréhension s’appuie essentiellement sur des études hydrauliques, météorologiques et le repérage par satellite ou photographie aérienne des zones dites inondables. L’étude a pour mission de définir les zones à risque ou inondables, les vulnérabilités, les périodes de crues, simuler les impacts des crues et inondations selon leur niveau et bien d’autres encore.

  • Mise en place de mesures de prévention des risques fleuves :

Une fois l’étude des crues terminées, l’équipe de gestion des risques dispose normalement des informations nécessaires pour mettre en place des dispositions de prévention des risques. Pour ce faire, le Dossier Départemental des Risques, un document qui expose la stratégie de gestion des aléas appliquée sur tout le territoire français, suggère :

  • La mise en place de stations de surveillance de crues. Il s’agit essentiellement de stations météorologiques et de stations de surveillance de crues équipées de technologies de collecte et de traitement de données capable de prévoir à l’avance les crues.
  • La conception de cartes de risques qui soient consultables à tout moment et par tout le monde (carte de vigilance météorologique et carte de vigilance crues ou vigicrues pour la France)
  • La mise en œuvre d’actions de traitement des risques et des vulnérabilités : entretien des cours d’eau, création de bassins de rétention…
  • Mise en place d’une stratégie de protection civile

Malheureusement, le risque zéro n’existe pas. Il y aura toujours des crues prévisibles ou non qui vont inonder les zones à risque. Pour cette raison, il est vital que les autorités locales doivent prévoir des mesures dites de protection civile pour limiter les dégâts et venir en aide à la population. En France, la protection civile s’appuie essentiellement sur un système d’alerte très performant chargé de prévenir à l’avance les autorités concernées (la marie, les pompiers, la police, les services d’urgence…) et la population du danger imminent ainsi que sur un plan de secours d’urgence très détaillé qui n’attend qu’à être activé. Ce plan dresse les procédures à suivre pour venir en aide aux victimes des crues et inondations.

Quelles mesures pour réduire ou traiter l’aléa à la source ?

Dans cette partie, nous allons voir comment empêcher la formation de crues de fleuves ou du moins comment limiter leur force à la source.

L’entretien ou curage des cours d’eau : enlever régulièrement les dépôts de boue et les déchets permet de contenir le cours d’eau dans son lit mineur.

La création de bassins de rétention d’eau : ces constructions sont nécessaires pour collecter les eaux pluviales pour qu’ils ne se déversent pas dans les cours d’eau et alimenter les crues.

Travaux de correction (reforestation, restauration des terrains…) : certaines crues sont particulièrement dévastatrices et mortelles, car elles emportent des matières dangereuses comme la boue, des roches ou encore des arbres et des végétations. Les travaux de corrections auront pour objectif d’empêcher que ces matières et objets ne s’ajoutent aux crues.

Le ralentissement des écoulements dans les bassins versants (restauration des zones humides, limitation des ruissellements par des constructions en dure…)

Promotion de l’infiltration des eaux pluviales à la source en réduisant les surfaces imperméabilisées ou en désimperméabilisant les zones à risque.

Solution pur supprimer les vulnérabilités

Par définition, les vulnérabilités sont des failles, des faiblesses dans un système donné. Dans notre cas, elles peuvent se situer au niveau des infrastructures, des habitations, mais aussi du mode de vie de la population, de la couverture sociale et bien d’autres encore. Pour supprimer les vulnérabilités liées aux risques de crues, les autorités locales peuvent notamment éduquer et sensibiliser les habitants des risques et également appliquer une politique d’aménagement stricte qui prendrait en compte les risques de crues et d’inondation.

L’éducation et la sensibilisation aux risques :

Il faut former et informer les gens, via l’éducation nationale et d’autres moyens de sensibilisation, qu’ils vivent dans une zone inondable. Les professionnels dans les domaines tels que le bâtiment, l’immobilier, le droit, la gestion d’entreprise et autres doivent également être formés aux risques de crues.

La prise en compte des risques dans l’aménagement :

Il est nécessaire que les documents d’urbanismes prennent en compte les risques naturels, y compris les risques de crues et d’inondation. Les autorités locales doivent à la fois être sévères et honnêtes sur la définition, l’encadrement et la surveillance des zones inconstructibles et des zones d’expansion avec prescription. Ces dernières sont des zones à risque, mais où les constructions sont quand même autorisées en respectant certaines conditions et précautions.

MEMOGuard et Systèmes d’alertes crues et de surveillance des inondations

La surveillance et la mise en place de système d’’alertes crues sont très importantes ! Alors que certaines zones sont plus sujettes aux inondations que d’autres, la mise en place de systèmes d’alerte contre les inondations à proximité de toute voie navigable ou plan d’eau important fournit des informations essentielles qui peuvent protéger les biens et sauver des vies.

Les systèmes d’alertes crues et de surveillance des inondations ont pour missions :

  • De collecter des données pluviométriques, limnométrique et de débit.
  • Et dans un deuxième temps la transmission en temps réel des données en vue d’une centralisation des informations aux équipes de recherche
  • et bien sûr tout cela doit être accompagné de transmission d’alarmes et diffusion d’alertes à différentes équipes d’astreinte.

MEMOGuard n’est ni un logiciel de collecte ni de traitement de données. Il s’agit plutôt d’un logiciel ALERT. Vous l’aurez compris, il sera surtout utile pour la transmission d’alarmes et la diffusion d’alertes à différentes équipes d’astreinte. Dans ce domaine, il excelle en proposant plusieurs canaux de diffusion d’alerte tels que le SMS, l’e-mail, le Vocal (téléphone fixe ou GSM), Application, Télécopie, Imprimante, Haut-parleur (carte son), radio 5 tons et des fonctionnalités de traitement d’alerte très sophistiquées telles que la diffusion en cascade, la possibilité de personnaliser l’acquittement, la gestion des échecs/relances ou encore la mise en relation dans intervenants.

Les logiciels ALERT effectuent deux tâches principales : lecture des évènements et communication de ces évènements aux équipes d’astreinte. MEMOGuard est donc en quelque sorte l’intelligence artificielle qui va permettre à vos systèmes d’alertes crues et de surveillance d’inondations de comprendre qu’un tel évènement (informatique) détecté est alarmant et qu’il doit être signalé. Évidemment, comme il a été dit plus haut, il est aussi l’outil qui va fournir les canaux de diffusion et permettre la saisie la définition des personnes qui recevront l’alerte.