Quelles solutions pour une Gestion efficace des risques chimiques ?

Quelles solutions pour une gestion efficace des risques chimiques ? Une question qui mérite que l’on s’y attarde, car les substances toxiques posent un large éventail de dangers pour la santé tels que l’irritation, la sensibilisation, la cancérogénicité, l’inflammabilité, la corrosion ou encore l’explosibilité. Tout le monde est touché par les risques chimiques, car tout le monde est consommateur de produits en rapport de près ou de loin aux produits chimiques. Toutefois, les plus exposés aux risques chimiques restent les gens qui travaillent dans les usines de traitement de produits chimiques. C’est la raison pour laquelle l’un des objectifs majeurs de la gestion des risques chimiques est d’assurer leur sécurité. La sécurité des gens qui vivent aux alentours des sites industriels et celle de l’environnement suivent après.

Cette page répertorie les différentes mesures régulières pour la prévention des risques chimiques. Par ailleurs, elle propose aussi une solution logicielle toujours dans le même cadre. Bref, en plus des directives européennes de prévention et des méthodes scientifiques de gestion des risques, nous parlerons également de ce que le logiciel MEMOGuard peut vous apporter.

Qu’est-ce que le risque chimique ?

Le risque chimique est la possibilité qu’un événement nocif (mort, blessure ou perte) résultant de l’exposition à un agent chimique puisse se produire dans des conditions spécifiques ou alternativement. Il est aussi la fréquence attendue d’occurrence d’un événement nocif résultant de l’exposition à un agent chimique. Si le risque chimique est de toute évidence présent partout, même dans nos maisons, il est nettement plus élevé à l’occasion des activités de production, manutention, stockage, transport, élimination ou traitement dans les usines et autres types de sites industriels.

Il existe de nombreux types de risques chimiques connus. Les plus fréquents sont l’explosion, l’incendie, les risques liés au pH, l’asphyxie, les risques liés aux fluides cryogéniques, le rayonnement ionisant, les risques biochimiques, les risques liés au stockage des produits chimiques et finalement les risques liés au tri des déchets.

Gestion des risques chimiques et réglementation (REACH)

En Europe, la gestion des risques chimiques est principalement cadrée par la réglementation REACH (Registration, Evaluation, Authorization and restriction of CHemicals). Évidemment, en tant qu’industriel, les propriétaires d’usines qui traitent ou manipulent des produits chimiques doivent aussi se soumettre à la directive Seveso. Cette dernière, à titre d’information, regroupe un ensemble de mesures de prévention pour le contrôle des risques industriels.

Concernant REACH, il s’agit d’un règlement européen au même titre que la directive Seveso. Ses recommandations s’axent sur trois objectifs principaux :

  • La maitrise des risques chimiques sur le territoire européen.
  • L’Instauration d’une information identique et transparente sur la nature et les risques des substances, du fournisseur jusqu’au client final afin de faciliter la traçabilité des produits chimiques mis sur le marché.
  • Le renforcement de la compétitivité de l’industrie chimique de l’UE.

Les mesures de prévention des risques chimiques établies par REACH

REACH adopte une approche très globale de la gestion des risques. En effet, ses directives et recommandations se soucient davantage des dommages à l’environnement, des dangers chimiques qui menacent les consommateurs finaux et de l’état du marché européen en général qu’à la sécurité des employés qui travaillent dans les sites industriels. Néanmoins, certaines directives et recommandations méritent quand même qu’on s’y attarde. Les voici :

  1. REACH impose que les industriels soient responsables de la gestion des risques posés par les substances chimiques qu’ils achètent, manipulent et vendent. 
  2. Les industriels doivent fournir des informations de sécurité à ceux qui vont utiliser leurs produits.
  3. Les fabricants doivent trouver la façon de remplacer progressivement les produits nocifs par des produits moins nocifs, voire sans risque pour la santé humaine et l’environnement.
  4. Les produits et substances utilisés doivent être enregistrés et affichés afin de protéger autant les professionnels que le client final et l’environnement.
  5. Chaque produit à risque doit faire l’objet d’une étude très approfondie pour voir son impact environnemental et son niveau de dangerosité.
  6. Les substances jugées très dangereuses par les autorités ne peuvent être fabriquées ni commercialisés.

Gestion des risques chimiques – solutions applicables au niveau des sites industriels

Rendre les risques identifiables :

Pour minimiser autant que possible les risques d’accidents, il est très important que le personnel qui manipule des produits à risque soit informé en permanence du niveau de danger auquel il est exposé. Des petits rappels à chaque début d’une journée de travail ne suffiront pas. Il faut que ces informations soient incluses dans l’environnement de travail. Pour cela, l’entreprise doit prendre l’initiative de coller sur l’emballage et les boîtes de ces produits des étiquettes de danger. D’ailleurs, les étiquettes sont obligatoires pour les produits chimiques dangereux. À part les étiquettes de dangers, d’autres indications comme les fiches de données de sécurité, les fiches d’entreprise établies par le médecin du travail, les rapports d’incident, les comptes rendus du CHSCT et les notices de poste aident également à la maitrise des risques professionnels.

Maitriser les conditions d’expositions aux risques :  

Le port d’équipements de protection individuelle est obligatoire pour réduire les risques d’exposition aux produits chimiques. Chaque employé évoluant dans un environnement à risque doit porter des lunettes, des gants et même des appareils de protection respiratoire si nécessaire. Cela dit, la solution la plus sûr reste de minimiser le contact humain avec les produits dangereux. Pour cela, les entreprises peuvent envisager l’automatisation des tâches. Il faut confier les tâches risquées ou dangereuses aux machines.

Mettre en place de plans d’urgence en cas de contamination :

Le risque zéro n’existe pas. En outre, certaines contaminations sont graves que si elles ne sont pas traitées à temps. C’est pourquoi, des plans d’urgence en interne et externe doivent d’être mis en place pour faire face aux accidents éventuels.

La solution logicielle pour plus de sécurité dans la gestion de stocks

Les industriels doivent investir pour mettre en place un processus de gestion de stocks automatisé qui minimiserait l’exposition du personnel aux produits à risque. En effet, si par exemple le responsable d’inventaire ne dispose qu’un cahier ou Excel pour faire son travail, des moyens aussi rudimentaires l’obligeraient à être trop près des produits chimiques pour vérifier constamment leur niveau, ce qui manque, ce qui reste, ce qui doit être ajouté… Avec des solutions logicielles plus sophistiquées comme MEMOGuard en revanche, il n’aurait pas besoin de s’exposer aux risques pour faire son travail.

Le logiciel de supervision MEMOGuard permet l’inventaire des produits à distance et même de façon automatique. Comment ça marche ? Avant, il est quand même important que vous installiez des instruments de mesure, des capteurs et caméras sur vos produits et les locaux où vous les entreposez. Ce sont ces différents équipements qui vont récolter les données. Le logiciel MEMOGuard se charge ensuite de traiter et exploiter ces données pour qu’elles puissent être utiles au personnel. En procédant ainsi, vous réduisez les risques chimiques dans vos locaux.

MEMOGuard pour automatiser les tâches à risque

Il n’y a pas que la gestion de stocks qui peut être pris en charge par MEMOGuard. Ce logiciel de supervision peut aussi vous aider à automatiser toutes les tâches qui vous semblent trop risquées pour être faites par des personnes : réception des produits chimiques lors des livraisons, manipulation des produits, stockages des produits, traitement des déchets, nettoyage des cuves… 

Pour mettre en place un tel système, vous devez d’abord installer dans votre usine ce que l’on appelle OT ou Technologie opérationnelle. L’OT regroupe les matériels et les logiciels dédiés à la détection ou à la modification des processus physiques. C’est l’OT qui va permettre l’automatisation des tâches. Mais c’est le rôle de MEMOGuard de superviser le fonctionnement de l’OT. Étant un logiciel SaaS possédant une interface web, MEMOGuard fournira aussi l’interface homme/machine qui vous permettra de contrôler et communiquer avec les machines.

Comment MEMOGuard fait pour gérer l’étiquetage et les fiches de sécurité ?

Vous pouvez aussi vous servir de MEMOGuard pour gérer l’étiquetage et les fiches de sécurité des produits chimiques que vous recevez ou que vous vendez. Pour rendre cela possible, vous devez entrer dans le logiciel ou bien dans votre base de données les informations en rapport à tous les produits chimiques qui vous concernent : composants, les réglementations, les fournisseurs, les fabricants, la quantité, le niveau de dangerosité… MEMOGuard peut analyser et traiter des fichiers par lui-même. Cette fonctionnalité vous donne la possibilité de générer les fiches de Sécurité (FDS) et les étiquettes qui renferment les données présentes dans la base de données.

Quand vous recevez des nouveaux produits, il vous suffit de demander à votre fournisseur de vous envoyer les données relatives aux produits. À la réception, ces données seront directement reçues par MEMOGuard pour être archivées et traitées pour la génération des nouvelles fiches de Sécurité (FDS) et étiquettes. Vous pouvez aussi faire pareil avec vos clients. Vous les rendez service en envoyant directement sur leur base de données les informations détaillées relatives aux produits que vous avez vendus, en plus des informations déjà inscrites sur les emballages.