Les solutions de Gestion des risques industriels

Quelles solutions pour la Gestion des risques industriels ? De nombreuses activités dans les industries impliquent la manipulation de produits dangereux, dont certains sont des dangers majeurs. Les incidents dans lesquels il y a perte de confinement de ces produits peuvent avoir des conséquences potentiellement dangereuses pour les personnes et l’environnement. Et quand ce ne sont pas les produits chimiques dangereux, ce sont d’autres dangers comme la pollution, les explosions, l’électrocution ou encore les incendies qui menacent les travailleurs.

Il existe donc un risque pour les personnes et l’environnement sur et autour de certaines activités de l’industrie, surtout celle de la transformation. Le même type d’incidents peut également mettre l’entreprise en danger. L’objectif de la « gestion des risques » consiste à garantir que les risques identifiés soient très faibles. Mais concrètement, que faire face à ces risques industriels ? Et quelles sont les différentes solutions et mesures préconisées pour faire face à ces risques ? Existe-t-il des outils, des logiciels pour gérer les risques industriels ? Les réponses tout de suite !

Gestion des risques industriels – fonctionnement et réglementation (directive Seveso)

À l’échelle d’un site industriel, le risque industriel fait référence à des évènements accidentels qui peuvent avoir des conséquences désastreuses immédiates pour le personnel, les riverains, les installations industrielles et également l’environnement. La gestion des risques au niveau d’un site industriel donné est entièrement de la responsabilité de son propriétaire. Pour limiter la survenue des risques, les patrons de sites industriels doivent se soumettre à une réglementation particulière, appelée directive Seveso.

La réglementation (européennes) oblige les sites industriels présentant des risques d’accidents majeurs de prendre des mesures de prévention sévères. Elles sont détaillées dans la fameuse directive Seveso.

Les différents types de risques industriels ?

Il existe 4 grands types de risques industriels : l’Incendie, l’explosion, la libération toxique et les dommages à l’environnement. Une aussi large variété de risques s’explique par le fait que dans le domaine de l’industrie, surtout celle de la transformation, on utilise toute sorte de produits et de matières premières. En plus de cela, les différents procédés pour transformer les matières premières sont aussi divers que variés : procédés mécaniques, chimiques, à haute température, des procédés qui utilisent la pression, l’électricité… Par ailleurs, sachez qu’on peut également classer ces 4 types de risques dans deux catégories différentes : les risques naturels dus à un phénomène extérieur et les risques technologiques causés par l’activité humaine.

De ces trois premiers types de risque évoqués plus haut, l’incendie est le plus fréquent. On compte effet beaucoup d’usines parties en fumée. Mais heureusement, les conséquences des incendies sont généralement moins graves que celles des explosions et des libérations toxiques. Quant au dernier type de risques, les dommages à l’environnement, ils sont d’un tout autre niveau. Les dommages à l’environnement figurent parmi les plus dangereux. Certes, ils sont caractérisés par une probabilité faible, mais en revanche, ils ont une gravité très importante. Les accidents majeurs qui ont eu une portée environnementale ces dix dernières années sont seulement au nombre de deux : l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen en 2019 et la catastrophe d’Ajka (Hongrie, 2010).

Solutions Gestion des risques industriel – directives Seveso

En gestion des risques industriels, les meilleures solutions sont principalement celles qui préviennent les risques. Selon les directives européennes, pour être en règle et pour ne présenter aucun danger pour ses employés et l’environnement, les sites industriels ainsi que les industriels eux-mêmes doivent :

  • maitriser l’urbanisation qui se trouve aux alentours de leurs sites,
  • réaliser ce qu’on appelle des études de dangers afin d’évaluer leurs conséquences,
  • mettre en place des moyens de prévention des dangers précédemment identifiés par les études de dangers,
  • mettre en place des plans d’urgence en interne et externe qui seraient utiles en cas d’accidents et de catastrophes. Le risque zéro n’existe pas.
  • subir régulièrement l’inspection des autorités…
  • communiquer aux gens de l’extérieur (les riverains) les dangers qu’ils encourent du simple fait de l’existence du site industriel, s’ils s’approchent du site industriel, ou s’ils font des actions qui vont à l’encontre des réglementations en vigueur dans ou près du site industriel.

D’autres solutions pour faire face aux risques industriels

Pour garantir la sécurité de leurs sites, les industriels peuvent aussi penser par eux-mêmes et ajouter d’autres mesures, du moment que celles-ci ne dérogent pas aux directives Seveso et à la loi. Voici quelques exemples :

Adopter une approche basée sur les risques 

Juste pour avoir l’autorisation d’exercer, certains industriels appliquent les normes et les règles à lettre sans réellement se soucier des risques et de la sécurité au niveau de leurs sites. Ce genre de comportement peu responsable est à proscrire. Pour maitriser les risques industriels, il faut surtout adopter une approche basée sur les risques eux-mêmes et non se contenter de suivre les règles. Voici un exemple pour une bonne compréhension.  

Exemple : Déterminer la capacité de rétention d’eau de feu d’un entrepôt

Réglementation : « La capacité de rétention d’eau de feu à fournir est de : 3 m3/te pour les produits inflammables et 5 m3/te pour les produits toxiques et hautement toxiques. »

Approche basée sur le risque : « Le respect à la lettre de cette règlementation n’élimine pas tous les risques industriels. En effet, la nécessité de conserver l’eau d’extinction est évaluée en fonction du potentiel de pollution des marchandises stockées et de leurs produits de combustion, c’est-à-dire en tenant compte notamment de la toxicité, de l’écotoxicité et des effets néfastes d’une couleur intense ou d’une mauvaise odeur.

L’indemnisation 

Si le propriétaire du site industriel a souscrit à une assurance, il obtiendra des consolations en cas d’accident. Mais de la même manière, il est aussi tenu d’entamer les démarches nécessaires pour que ses employés puissent être indemnisés en cas d’accidents de travail.

La réglementation ATEX

La règlementation ATEX est un ensemble de requêtes qui demandent aux industriels de maitriser les risques relatifs à l’explosion à l’intérieur de leurs sites. Elle est issue de deux directives européennes, à savoir l’ATEX 95 2014/34/UE et l’ATEX 137 1999/92/CE. Ces deux directives détaillent les précautions à prendre pour éviter toute formation d’atmosphères explosives. Pour ce faire, elles suggèrent que les produits à risque doivent être entreposés et manipulés dans des locaux bien à part et contrôlés pour éviter tout risque d’accident. Les produits à risque ou dangereux sont principalement les vapeurs de liquides inflammables (kérosène, éthanol…), les gaz inflammables (méthane, butane…), les poussières fines explosives (farine, maïs…) et pour finir tous les liquides inflammables. 

La supervision informatique pour la prévention des risques industriels

La supervision informatique industrielle se définit comme la surveillance du bon fonctionnement d’un système, d’une activité ou d’une installation industrielle. Elle est très efficace pour prévenir les risques d’accidents dans les sites industriels. 

Pourquoi la supervision informatique ?

Pour sécuriser un site industriel donné, un système de supervision effectue une surveillance complète, en temps réel et même préventive des installations et machines à risque. Si par exemple, la pression dans une cuve industrielle donnée venait subitement à augmenter, sans que personne ne le sache, le système de supervision lui sera en mesure de détecter ce danger. Il pourra en réponse alerter le personnel d’astreinte de la situation. Sinon, certains logiciels de supervision ont aussi la capacité de faire la relation entre les dangers et les solutions programmées à l’avance. Ainsi, si une augmentation de température ou de pression est par exemple détectée sur une machine donnée, le système réagira en mettant hors service la machine en question, ou bien arrêter tout le système.

Choisir la solution de supervision MEMOGuard

Pour la supervision de vos sites industriels, vous pouvez vous tourner vers MEMOGuard. Ce dernier est ce qu’on appelle une solution de supervision informatique industrielle en SaaS. Il peut superviser la plupart des installations et machines industrielles. Vous pouvez également vous en servir pour superviser votre système de sécurité, les accès à différentes zones du site ou encore superviser vos systèmes d’alarmes.

Et si par malheur le pire venait à se produire, un incendie s’est par exemple déclaré à l’intérieur du site, en tant que logiciel de gestion de cellule de crise MEMOGuard peut aussi vous aider à gérer efficacement la situation.

Monitoring ATEX avec MEMOGuard

Pour empêcher la formation d’atmosphères explosives dans vos locaux, la précaution seule ne suffit pas. En effet, il vous faut mettre en place un système de surveillance sophistiqué qui surveille en permanence les locaux et les produits à risque. Votre système ATEX doit utiliser les meilleures caméras, les meilleurs détecteurs et instruments de mesure. Ces appareils de surveillance et de mesure doivent ensuite être reliés à un système de Monitoring ATEX comme MEMOGuard pour que la surveillance soit complète et automatique.