Solutions régulières et tendances en Gestion des risques liés à la cybersécurité

Qu’est-ce que la gestion des risques liés à la cybersécurité ? Et pourquoi se préparer à ces risques ? Sans entrer dans les détails, la gestion des risques est l’ensemble des mesures à mettre en place pour réduire ou supprimer les risques potentiels qui peuvent se produire réellement. Selon une étude, en 2019, 9 entreprises sur 10 auraient été attaquées ou ont subi des tentatives d’intrusion. Le coût moyen d’un cyber attaque serait évalué à 1.3 million d’euros. En outre, toujours selon cette étude, il faudrait en moyenne 7 mois pour savoir qu’on a été attaqué. Pour toutes ces raisons, il est important que chaque organisation ou entreprise, quelle que soit sa taille, élabore un plan de gestion des risques de cybersécurité.

La gestion des risques n’est pas chose simple, car on doit les gérer avec des moyens limités. C’est pourquoi, la méthode la plus efficace consiste à focaliser ses plans d’action uniquement sur les risques dits importants. Mais comment faire concrètement ? Voici des solutions régulières et tendances en gestion des risques liés à la cybersécurité. Évidemment, nous allons aussi à la fin proposer une solution logicielle.

Gestion des risques liés à la cybersécurité et la norme ISO/CEI 27002

Par définition, la gestion des risques de cybersécurité désigne l’usage des technologies, des pratiques et des stratégies et même politiques qui traitent des menaces et des vulnérabilités dans les réseaux, les ordinateurs, les programmes et les données. C’est aussi un processus qui suit plusieurs étapes, dont l’étape d’identification des risques potentiels, l’étape d’évaluation de l’impact de ces risques et finalement l’étape de la planification de la manière de réagir si les risques se produisent réellement.

Les patrons d’entreprise doivent craindre particulièrement les atteintes à la protection des données, étant donné les coûts et les problèmes judiciaires qu’elles engendrent. Cette crainte doit ensuite se matérialiser par la mise en place de ce que l’on appelle un plan de gestion des risques de cybersécurité. Dans ce plan, on retrouve habituellement des documents qui se reposent sur la norme ISO/CEI 27002 et qui détaillent les stratégies et les moyens que l’entreprise mettra en œuvre.

Concernant la norme ISO/CEI 27002, publiée en 2005 par l’ISO et l’IEC, il s’agit de la norme internationale qui régit la sécurité de l’information, dont la cybersécurité. Elle se divise en 18 chapitres qui couvrent le sujet de management et gestion des risques liés à la cybersécurité.

Pourquoi se préparer aux risques ?

Aucune entreprise, aucune organisation n’est à l’abri d’une tentative de cyber attaque. Pour cette raison, il est plus sage de se préparer aux pires afin de limiter les dégâts, ou mieux encore empêcher les attaques et vols de données. Avis à toutes les entreprises et organisations, voici quelques raisons de se préparer aux risques liés à la cybersécurité.

1-Les 3 jours qui suivent l’attaque ou incident sont décisifs pour limiter les dégâts. Au-delà de ces 72 heures, les chances d’identifier les assaillants ou d’empêcher le vol des données s’amoindrissent considérablement.

2-Si vous avez d’avance mis en place un plan d’intervention pour se préparer aux risques, alors vous éviterez le chaos. Il suffit de suivre le protocole établi dans le plan pour faire face à la crise avec maitrise.  

3-si vous vous êtes bien préparé, alors vous avez des chances d’anticiper l’attaque ou vol de données.

4-Les vols de données sont habituellement suivis de longues poursuites judiciaires. Même étant une victime elle aussi, il est courant de voir des clients poursuivre en justice l’entreprise qui n’a pas su protéger leurs données personnelles. En cas de poursuite judiciaire de ce type, l’entreprise peut mieux se défendre si elle a pris toutes les mesures nécessaires pour sécuriser ses données.

5-Pour disposer d’un avantage concurrentiel vis-à-vis des concurrents. Les pertes de données génèrent des pertes financières considérables. Et toutes les entreprises, sans exception, subissent régulièrement des attaques. Celle ou ceux qui gèrent mieux ses données disposent forcément d’un avantage par rapport à ses concurrents.

Sécurisation des Technologies de l’information pour limiter les risques 

Il existe des mesures simples pour renforcer son système de sécurité en matière de données et de système informatique. L’erreur que les organisations font souvent est de négliger les petits gestes qui sauvent. Voici quelques conseils pour sécuriser ses technologies de l’information :

  • Mettre en place un système rigoureux de contrôle des accès et des mots de passe.
  • Une gestion centralisée et très documenté du pare-feu. En effet, pour empêcher les menaces, il ne suffit pas d’installer un pare-feu et le laisser sur ses paramètres par défaut. Les paramètres doivent en permanence être adaptés à la situation, qui elle change très fréquemment.
  • Installation des mises à jour et des correctifs.
  • Renforcer en permanence le système de sécurité.
  • Installation de système de signalement des incidents.
  • Chiffrer les données et documents importants ou à caractère sensible.
  • N’ignorez pas la sécurité physique. Malgré un niveau de cybersécurité très élevé, certains piratages et vol de données ont quand même réussi, car des employés ont laissé trainer des articles à caractère sensible comme des mots de passe sur papier, des badges d’identification, des cartes de crédit, des clés USB qui renfermaient des informations…

Sensibilisation et formation du personnel

La sensibilisation et formation du personnel sont également un excellent moyen d’atténuer les risques liés à la cybersécurité. La charge du maintien de la cybersécurité ne peut incomber aux services informatiques ou de sécurité exclusivement. C’est pourquoi, il est important de responsabiliser tout le monde. Mais avant cela, il faut les former sur les procédures et systèmes conçus pour atténuer ces risques. Il faut aussi les apprendre à utiliser les systèmes et outils de cybersécurité qui sont utilisés dans l’entreprise. Il faut qu’ils comprennent quelles sont les actions à ne pas faire et à surtout à éviter. C’est très important, car les failles dans le système viennent toujours des personnes qui ne sont pas conscientes de ce qu’elles font.  

Solutions Tendances en Gestion des risques liés à la cybersécurité

Les menaces évoluent, ce qui fait que les anciennes méthodes et mesures ne suffisent plus pour garantir pleinement la cybersécurité. Cela oblige les organisations et les spécialistes de la cybersécurité à toujours trouver des nouvelles solutions aux problèmes. Voici quelques solutions de gestion des risques liés à la cybersécurité très tendances en ce moment :

Mise en place d’un Security Operations Center

Security Operations Center signifie littéralement Centre des opérations de sécurité. De plus en plus de grandes entreprises se décident de mettre en place une unité spécialisée et centralisée qui ne s’assure que d’une seule tâche : s’occuper des problèmes de sécurité au niveau organisationnel et technique. Généralement, un Security Operations Center est une pièce bien à part équipée des meilleurs équipements en informatique. C’est également un endroit où travaillent sans cesse des techniciens informatiques et réseau spécialisés dans la sécurité. Les entreprises qui n’ont pas les moyens de créer leur propre SOC se tournent vers les entreprises prestataires.

Recourir à l’authentification sans mots de passe

Ça semble contradictoire, mais les authentifications sans mots de passe sont plus sécurisées que les authentifications avec mots de passe. Les mots de passe ont fait leur temps ; ils sont devenus faciles à craquer. À la place, les organisations se tournent de plus en plus vers l’authentification biométrique (ex : scan des empreintes digitales, scan de la rétinien…), qui est plus difficile à craquer, voire impossible pour le moment.

Cyberassurance

Quand les risques ne peuvent être éliminés, on peut toujours les transférer. La cyberassurance existe depuis longtemps. Mais c’est surtout au cours de ces cinq dernières années que le secteur a connu un véritable boom. Cela est dû au fait que la plupart des entreprises sont conscientes de la gravité des risques liés à la cybersécurité.

MEMOGuard – solution logicielle de gestion des risques liés à la cybersécurité

MEMOGuard est un logiciel SaaS dit de supervision hypervision informatique. Cela signifie qu’il est capable de superviser des systèmes et des activités informatiques et réseau (supervision), dont ceux qui assurent la protection de vos systèmes et données. Mais en plus de cela, vous pouvez aussi l’utiliser pour hyperviser les différents systèmes de supervision informatique qui sont déjà installés et opérationnels dans votre entreprise.

MEMOGuard – supervision informatique et réseau

Étant un logiciel de supervision informatique et réseau, MEMOGuard offre aux techniciens ou administrateurs la possibilité de surveiller l’ensemble du parc informatique et le système réseau. L’assistance, la détection de problèmes, la vérification de logs et intégrité des matériels et logiciels – dont les logiciels de cybersécurité, l’antivirus, les pare-feu –  est quasi instantanée. Dès qu’un incident se produit sur le réseau ou le parc informatique, cela se traduit par un signal qui sera lu instantanément par MEMOGuard. Il réagit ensuite en informant le personnel d’astreinte de ce qui se passe, permettant à dernier de réagir très vite.

Très performant, MEMOGuard peut détecter tout mouvement inhabituel et suspect : les attaques par force brute, les infections de virus, les logiciels malveillants, cheval de Troie, les portes dérobées, les Keyloggers, les Ransomware, les spyware… Par ailleurs, il peut également détecter les modifications de fichiers, les tentatives de copie de fichiers et les suppressions de fichiers… Vous l’aurez compris, on peut aussi programmer MEMOGuard pour détecter les tentatives de vol de données menées de l’intérieur.

MEMOGuard pour hyperviser votre Centre des opérations de sécurité

Il est fréquent de voir une grande entreprise exploiter dans un même établissement, non pas un, mais plusieurs systèmes de supervision et de surveillance. Un système ou logiciel de supervision assure par exemple le bon fonctionnement de tout le système informatique, un autre celui du réseau. Le troisième système supervise par exemple la cybersécurité de l’entreprise. Et d’autres, le système électrique, la sécurité physique au niveau des serveurs… Avec au minimum trois systèmes de supervision qui tournent à plein régime, l’équipe du Centre des opérations de sécurité aura bien du mal à tous les administrer. Pour faciliter leur travail, il faudrait un autre logiciel, comme MEMOGuard, qui soit capable d’hyperviser de tous ces systèmes de supervision et de surveillance. À titre d’information, un système d’hypervision a pour rôle d’agréger toutes les données fournies par les systèmes de supervision et de surveillance sur une seule et même console.